• ComposHer

Compositrices russes du 18e siècle



03 juillet 2021


Oeuvres de Catherine de Liscochin, la princesse Natalia Ivanovna Kurakina, Anne-Constance Dumur, la princesse Yekaterina Vorontsova-Dashkova, la comtesse Varvara Nikolayevna Golovine, Ekaterina Alexeievna Siniavina



Elena Zhukova (clavecin), Anna Bineta Diouf (mezzo-soprano), Oleg Timofeyev (guitare), Ingrid Mathews (violon)



En parcourant les livres d’histoire de la musique, il est parfois difficile de retrouver les noms des compositeurs russes de sexe masculin du XVIIIe siècle. Dans ce cas, que dire des compositrices de cette époque ? Le disque Russian Women of the 18th Century, qui ne présente que des femmes artistes, est donc un pari très ambitieux. Il est consacré à une multitude de compositrices de divers horizons, et présente différents genres (pièce de clavecin, pièce vocale, extrait d’une sonate pour violon et piano ou encore airs traditionnels russes), ce qui démontre la richesse du paysage de l’époque.


Le disque s’ouvre avec une polonaise pour clavecin de Catherine de Licoschin, révélatrice du style musical galant très répandu à cette époque dans les grandes cours des différents pays d’Europe. L’interprétation fait ressortir les nombreuses possibilités de combinaisons musicales au clavecin. L’itinéraire musical russe se poursuit avec trois mélodies de la princesse Natalia Ivanovna Kurakina, qui donnent la possibilité à Anna Bineta Diouf de démontrer sa virtuosité vocale.


L’auditeur continue son voyage musical avec un rondo extrait du recueil de petites pièces de musique pour harpe et clavecin d’Anne-Constance Dumur, ici interprété dans une version violon et clavecin. Celle-ci met en valeur le deuxième plus que le premier, au détriment du dialogue entre les deux instruments. Les artistes proposent cependant une lecture intéressante de cette pièce en mettant en exergue les différents tempi, et le caractère là encore galant.


La deuxième partie du disque présente majoritairement des œuvres de la Princess Yekaterina Vorontsova-Dashkova, et de la Comtesse Varvara Nikolayevna Golovine, qui sont des pièces vocales avec diverses formations d’accompagnement. La mezzo-soprano Anna Bineta Diouf confirme ici son appétence et ses talents pour la musique lyrique russe (elle avait déjà consacré un premier disque à l’histoire de la romance russe en 2019). Chantant sans difficulté en anglais, français et russe, elle conserve une prononciation relativement nette, et toujours souple.


Au milieu de cette deuxième partie de programme, les artistes ont choisi d’intercaler le second mouvement de la sonate pour violon de la compositrice Ekaterina Alexeievna Siniavina, interprété par Ingrid Matthews au violon et Elena Zhukova au clavecin. Les musiciens usent de nuances franches pour souligner le dialogue entre les deux instruments. Clavecin et violon interagissent en échangeant régulièrement les motifs thématiques - c’est d’ailleurs le clavecin qui conclut le mouvement - et la compositrice fait preuve d’une grande inventivité dans les procédés d’accompagnement utilisés dans la partie de violon : bariolages, doubles cordes, contretemps, mordants et trilles donnent du relief et du dynamisme au mouvement.


Le disque Russian Women of the 18th century présente donc un panel de compositions qui reflètent plusieurs styles musicaux présents à une époque très fructueuse de l’histoire de la musique. Il met particulièrement en avant la prégnance du style galant en Russie au XVIIIe siècle et le rôle d’inspiration qu’il a joué pour de nombreuses compositrices, dont l’écriture élégante mérite d’être redécouverte.



Charles-Marie Hulot


#disque #compositrices #russes #18e #baroque #clavecin #violon #musiquevocale

​Ecouter sur Spotify

Ecouter sur Deezer

Ecouter sur Youtube