• ComposHer

Roomful of Teeth et Caroline Shaw à Musique(s) Rive Gauche


Ensemble vocal Roomful of teeth, 8 chanteurs en arc de cercle
© Maryana Lemak

15 septembre 2021 Salle Colonne, Paris

Ensemble vocal Roomful of Teeth

L’ensemble américain Roomful of Teeth ouvrait ce mercredi soir sa première tournée française au Festival Musique(s) Rive Gauche à Paris. Le tout jeune festival imaginé au cours des deux dernières années marque là un grand coup… car sur la scène contemporaine, l’ensemble est connu entre autres pour avoir créé la Partita for 8 voices de Caroline Shaw (également chanteuse dans le groupe), oeuvre qui lui offrira le Prix Pulitzer de la musique en 2013, à seulement 30 ans.


Malgré le succès établi de la compositrice américaine, c’est une première française que nous propose ici Roomful of Teeth. Mais avant le plat de résistance, le public de la salle Colonne découvre The Isle, autre œuvre vocale de la compositrice composée en 2016, elle aussi en première française. L’atmosphère y est d’abord mystérieuse, tissée par les sons qui naissent et meurent, se superposent, sans qu’on puisse réellement distinguer de paroles. Le rythme s’accélère, la compositrice joue sur la répétition de consonnes, les effets de nuances claquantes et s’autorise quelques moments frappants d’harmonies plaquées, projetées dans un savant mélange de contrôle minutieux et de lâcher prise émotionnel. Soudainement, l'écriture se fait plus chorale et les mots de Shakespeare émergent. D’abord à travers les quatre voix de femmes, qui sont ensuite rejointes par les quatre voix d’hommes. L’effervescence de sons qui précède, ces quatre voix hautes qui s’unissent dans des harmonies aériennes et lumineuses, ces riches voix basses dont l’entrée fait vibrer notre âme, et ces délicieuses dissonances à la sensation physique inoubliable : tout participe à créer ce moment de grâce, cette vague qui brise nos digues émotionnelles. Suivent des passages presque pop, joyeux, dansants, où les regards qui fusent entre les artistes et leur langage corporel expriment presque autant que les notes et en sont en fait indissociables, mais aussi des passages plus contemplatifs avec soli (notamment de Shaw, rayonnante en scène).

Après Beneath, œuvre du compositeur Caleb Burhans qui permet aux chanteurs et chanteuses de créer une autre atmosphère et de s’exprimer dans style un peu plus sombre, l’ensemble se lance dans cette grande Partita for 8 voices. On retrouve dans ce chef-d’oeuvre d’écriture vocale toute la palette d’outils sonore que Shaw utilise, et c’est une de ses grandes forces : elle chante au coeur de l’ensemble, connaît certainement à merveille la voix de ses partenaires, et peut se servir de sa propre expérience pour peindre cet immense tableau vocal. Il faut d’ailleurs évoquer les micros : chaque artiste est amplifié, ce qui permet d’entendre tous les détails subtils des différentes techniques vocales, et de donner une clarté inestimable au rendu dans la salle.

On entre dans l’oeuvre par l'apparent chaos des voix parlées, pourtant musicales grâce au travail sur l’inflexion et sur les mots eux-même (“to the side… and around”), et bien sûr la spatialisation des 8 artistes en arc de cercle qui donne tout son sens à ces échanges. Avec une continuité qui rend le passage de la voix parlée à la voix chantée quasi imperceptible, les 8 voix se rejoignent dans un appel solaire, toutes unies dans une même voyelle, une même projection droite et nasale. Les variations de nuances et les glissendi parfaitement synchronisés démontrent un grand travail d’ensemble, d’autant plus impressionnant que c’est le premier concert du groupe depuis le début de la pandémie. Dans le reste de ce mouvement (I. Allemande), la compositrice explore plusieurs couleurs vocales et harmoniques. Elle superpose la voix parlée à des sons doux, aériens ; elle construit des harmonies, installe bourdons et bribes de mélodies, joue sur les voyelles et modes d’émissions. La phrase “the detail of the pattern is movement” surgit, et exprime toute la poésie de l'œuvre : cette fresque colorée où tout se renouvelle sans cesse au sein de laquelle émergent des mélodies, des mots, des sons … qui nous frappent au cœur.

Les couleurs quasiment mélancoliques de la fin du mouvement s’étendent très naturellement au deuxième mouvement (II. Sarabande). Les 4 voix de femmes chantent d’abord une succession d’accords lumineux, contemplatifs. Les hommes ajoutent une plainte d’abord très douce sous ce tapis sonore, puis une douleur vive, aiguë. Moins vibrant de contrastes, ce mouvement n’en est pas moins touchant : la musique flotte et se déploie, avant de s’éteindre dans la résonance des harmoniques de chant diphonique et d’une mélopée méditative.


Si le troisième mouvement (III. Courante) commence presque calmement par des bruits de souffle et d’expiration à la limite des sons voisés, ceux-ci s’accélèrent et se mêlent aux voix, angoissants, percussifs. On retrouve cette alternance de moments doux et suspendus et de montées en puissance, impressionnantes, fortes. Caroline Shaw tisse ton matériau musical, l'accélère, le déconstruit, le recommence : on ne peut en profiter pleinement sans lâcher prise sur ses émotions, sans se laisser happer par ces sons presque tribaux, ce halètement, ces grognements (vocal fry) cathartiques. Le final (IV. Passacaille) est une apothéose de sons : c’est le retour des voix parlées, de cette effervescence de consonnes et de mots. On retrouve la force brute des voix martelées, presque criardes, mais aussi la poésie des notes suspendues, aériennes, lumineuses.


On manque d’adjectifs pour qualifier le choc viscéral et l’étendue des émotions que cette Partita soulève en nous. La pièce est un chef-d’oeuvre d’écriture qui ne pourrait cependant exister sans le dialogue avec ses interprètes… L’investissement vocal, corporel et émotionnel des artistes est évident, et c’est un véritable privilège que d’assister à une telle performance.

Marie Humbert


À venir dans le Festival Musique(s) Rive Gauche Dimanche 19 septembre 2021 17h30 : Ragazze Quartet - Shaw, Berio, Mozart 20h30 : I Giardini - Shaw Infos et réservations : https://www.musiquesrivegaucheparis.fr/

#concert #CarolineShaw #contemporain #ensemblevocal #Roomfulofteeth

50 vues