• ComposHer

Tansy Davies : Nature

Avril 2021



Tansy Davies

Dune of footprints

Nature

What did we see ?

Re-greening



The Norwegian Radio Orchestra

National Youth Orchestra of Great Britain

Karen Kamensek

Huw Watkins

Birmingham Contemporary Music Group

Oliver Knussen




Il existe certainement plusieurs manières d’écouter un disque comme Nature, qui compile différentes oeuvres de la compositrice britannique Tansy Davies : se plonger avant tout dans les notes de programme et lire les propos de l’autrice pour saisir son univers et ses inspirations ; ou naviguer entre chaque pièce, se plonger dans une atmosphère, se laisser accrocher ou non, vagabonder dans la musique, revenir, écouter de nouveau ; et encore, se laisser prendre par la main dans l’architecture générale, imaginant que la compositrice nous propose un enchaînement de pièces qui devient un nouveau chemin, ajoutant du sens à une musique déjà polysémique.


Ce qui est formidable ici, c’est que tout fonctionne !

La musique de Tansy Davies est d’une telle richesse, d’une telle puissance et d’une telle poésie qu’il est aisé de s’y plonger sans connaître l’argument, les antécédents de composition ; et qu’il est aussi possible d’apprécier les relations entre les écrits, les images, les concepts développés, suggérés par la compositrice et la musique.


Tansy Davies évoque très souvent dans ses textes le parcours, le chemin, les cycles ainsi que la marque dans le temps, dans l’espace, dans la matière. Chacune des pièces interprétées dans ce disque nous interpelle sur ce sujet.


C’est la marque dans la matière, celle du sol de la grotte, et la relation au temps, celui de l'évènement et celui du temps long géologique, qui sont au centre de l’inspiration de Dune of Footprints. La matière sonore est celle de l’ensemble à cordes, qui semble jouer un continuum sonore homogène au long de la pièce. Dans cette matière et cet espace - comme si les sons étaient sable et grotte - se jouent des évènements, quasi imperceptibles par moments, surgissant, déformant, modifiant, altérant le continuum sonore sans pour autant l’interrompre. L’enjeu pour l’écoutant est bien d’accepter d’entrer dans cette matière, et d’en ressentir les évolutions, en constant mouvement et imprévisible comme le chemin de la goutte d’eau au creux de la grotte.


Re-greening (Re-verdissement), qui clôt le disque, joue sur la notion de cycle naturel, d’inspiration chamanique. Au cœur d’une forêt de sons, des évènements surgissent, musicaux mais aussi symboles d’évènements célébrant le printemps, la vie qui jaillit. Commande de l’Orchestre des Jeunes de Grande-Bretagne, il s’agit d’une pièce symphonique chantée non dirigée. Au coeur de l’oeuvre, comme un souvenir archéologique ou antique, deux anciennes mélodies anglaises sont entendues dans leur forme originale, deux mélodies que le temps n’a pas altéré.


Les deux compositions au centre du disque sont, elles, centrées sur l’humain. What did you see ? reprend des éléments symphoniques, sous forme de suite, de l’opéra Between the World. Ici, il est question de l’émotion de l’homme face à l’évènement du 11 septembre 2001.

Nature est un concerto pour piano. Tansy Davies évoque les ménades comme inspiration de l’oeuvre : le piano serait « une femme sauvage, animée par le désir de connecter les royaumes terrestre et spirituel, dirigée uniquement par son instinct. Sans attentes sur la façon de se comporter, la ménade existe tout simplement. Au contact de son environnement, elle répond à ses désirs selon la logique de son âme et du royaume qu'elle habite. »


Les divers interprètes du disque nous embarquent toutes et tous dans l’univers riche et intense de Tansy Davies, celui d’une musique qui semble se dévoiler sans aucune prédiction, comme inventée pas à pas. Le Norwegian Radio Orchestra placé sous la direction précise et expressive de la cheffe Karen Kamensek déploie un riche panel de couleurs orchestrales tant dans les cordes (Dune of Footprints) que dans tout l’orchestre (What did we see ?). Huw Watkins au piano et le Birmingham Contemporary Music Group sous la direction d’Oliver Knussen nous mènent avec brio dans les chemins de Nature, au cœur d’une musique qui joue avec toutes les émotions. Les jeunes musiciennes et musiciens du National Youth Orchestra of Great Britain, sans chef d’orchestre et avec des chanteurs, servent avec talent et énergie le très beau Re-Greening.

Un disque de chevet !



Jérôme Thiébaux


Ecouter sur Spotify

Ecouter sur Deezer

31 vues

Posts récents

Voir tout